• Tao ( de Tatarajan )

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Qui se dresse sur la pointe des pieds ne garde pas longtemps sa taille.

    Avec des enjambées trop grandes,on ne marche pas si loin.

    A s'exhiber, la réputation se perd.

    A s'imposer, on diminue l'autorité.

    A se vanter, on tue son propre mérite.

    Qui estime ses succès, cesse de se développer.

     

    Pour qui est le principe, toutes ces manières sont des rots.

    Elles sont à l'esprit ce qu'une indigestion est à l'estomac.

    Quiconque entre dans la voie du non-agir se dispense de faire ainsi.

     

        La preuve que la voie du non-agir se manifeste vraiment, c'est que l'individu n'est plus sollicité

    par les positions " narcissiques " à prendre vis-à-vis du monde extérieur. c'est le corpus de la psychanalyse qui a le mieux situer le narcissisme inconscient, source de blessures multiples.

        Quand l'individu ne souffre plus de se valoriser lui-même, qu'il ne cherche plus "à se pousser" en avant, il n'a plus besoin de l'aval, de l'approbation d'autrui pour se percevoir et s'apprécier lui-même.

        C'est le vrai signe que la plongée en soi-même a eu lieu, et libéré l'esprit cultivé de ses projections permanentes pour se faire valoir. Une fois que le narcissisme primaire à été décomposé, l'image soi-même par rapport aux autres n'est plus sans cesse projetée en avant pour plaire, séduire, convaincre, s'imposer, se justifier, se faire valoir, se disculper.

        C'est le dépassement du mimétisme grégaire, nourri par les institutions, qui joue sur les envies de prestige, le désir des honneurs, pour attirer les intelligences moyennes dans leurs circuits d'intrigues, de gratifications, de privilèges et de rivalités. Il n'y a rien là-dedans de conforme à la voie, et elle ne peut se révéler tout en continuant d'exciter les désirs mondains, le prosélytisme superficiel, la démagogie.

       C'est une des caractéristiques essentielles du développement de la Culture que de mettre en lice les individus pour s'enrichir, intriguer, gouverner. Le plus habile à la parole peut l'emporter, sans se soucier réellement du bien du peuple. Le plus habile à s'enrichire, car son souffle vital se polarise sur l'argent et les moyens de l'obtenir, peut parvenir à une place privilégiée, tout en se moquant de  l'économie de son pays, et sans redistribuer les richesses en donnant du travail à tous. Le bénéfice excessif nuit à l'intérêt collectif et sert la volonté individuelle. Se séparer de la médiocrité de la masse en suivant les modèles socio-culturels, paradoxalement, est une nuisance pour la société.

        Les modèles socio-culturels sont fondés sur l'émulation et les privilèges exorbitants qui découlent de parvenirs aux premières places du commerce, de l'industrie, du gouvernement, et aujourd'hui de la communication, nouveau pouvoir dangeraux et puissant.

        L'autre moyen de se séparer de la médiocrité de la masse est de chercher le principe, ainsi on se contente de peu sans exploiter personne, et les satisfactions naissent d'avoir retrouver l'ordre, qui procède lui-même de la conformité au Principe du Tao. Il n'y a pas de limites dans les satisfactions intérieures et elle ne sont pas tributaire d'un bouleversement social, d'une chute professionnelle, ou de l'accès à un grade supérieur.

        L'autonomie est la découverte du Principe lui-même, qui permet de n'être aucunement affecté par des changements provisoires qu'impose le contact avec les autres, la participation sociale, la compétitivité entre les compétences. La concurrence est bonne seulement sur le plan du commerce, où les monopoles sont sources d'abus. Sur les autres plans elle est nocive. Les êtres étant incomparables c'est  les gauchir de les forcer à se battre entre eux pour faire valoir leur savoir-faire. Plus on monte dans la hiérarchie sociale, plus le mensonge est habile, plus la malhonnêteté est discrète.

       La quête du pouvoir et la recherche de l'impunité narcissique est INFANTILE.

       Le vrai Tao  (de Natarajan) édition Interkeltia


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :